CIV logo loading

Consommation de viande rouge non transformée et transformée et risque d’insuffisance cardiaque

Date de publication :

Type de document : Actualités

Selon cette étude épidémiologique prospective suédoise, la consommation de viande rouge transformée (définition internationale intégrant la charcuterie), mais pas celle de viande rouge « brute », serait associée à une augmentation du risque d’insuffisance cardiaque et de décès.

Méthodologies : Les auteurs ont examiné l’impact, chez des hommes, des consommations de viandes rouges transformées ou non transformées sur l’incidence de l’insuffisance cardiaque et la mortalité sur un suivi de près de 12 ans.

La cohorte suédoise incluant 37 035 hommes de 45-79 ans a été utilisée. Ces hommes n’avaient pas d’antécédents d’insuffisance cardiaque, de maladie coronarienne ou de cancer. Leurs consommations de viandes ont été évaluées à l’aide d’un questionnaire rempli en 1997. Les viandes non transformées incluaient le porc, le bœuf/veau et les viande hachées. Les viandes transformées étaient les charcuteries et autres produits contenant des conservateurs et additifs. Les fréquences de consommation allaient de « jamais » à « plus de 3 fois par jour ». Les quantités consommées ont été évaluées par les auteurs (basé sur des pesées pendant 7 jours). Les données étaient ajustées selon de nombreux facteurs (IMC, activité physique, tabagisme, alcool).

Résultats : 2 891 incidents d’insuffisance cardiaque et 266 décès ont été rapportés après 11.8 années de suivi. Les variations de consommation entre les petits et les grands consommateurs étaient de 66 g pour les viandes rouges non transformées et de 74g pour les viandes transformées.  La consommation de viandes transformées était significativement et positivement associée à un risque élevé d’insuffisance cardiaque chez les hommes quel que soit leur âge et les modèles d’ajustement statistiques. Les hommes qui consommaient plus de 75 g de viandes transformées par jour présentaient un risque 28 % plus élevé (HR=1.28 ; IC95% : 1.10-1.48, p=0.01) que les hommes qui en consommaient moins de 25g par jour. Ils présentaient aussi un risque de mortalité doublé (HR=2.43 ; IC95% : 1.52-3.88, p<0.001). La consommation de viandes non transformées n’était pas associée à une augmentation du risque d’insuffisance cardiaque (HR=1.01 ; IC95% : 0.88-1.15) ni à celle de mortalité provenant de cette pathologie. Inclure les antécédents d’hypertension, d’hypercholestérolémie ou de diabète ne modifiait pas les résultats.

Source : Processed and Unprocessed Red Meat Consumption and Risk of Heart Failure: A Prospective Study of Men. Joanna Kaluza, Agneta Åkesson, Alicja Wolk. Circ Heart Fail 2014 june 12. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Sur le même thème :

b6b1b205730f3f3634ec6ca2feb02dacaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa