CIV logo loading

Sécurité sanitaire et nutrition : enjeux politiques pour l’Union européenne à 2050

Date de publication :

Type de document : Actualités

Éditeur : Commission européenne

Télécharger

Le Joint Research Centre a publié les résultats d’un exercice de prospective portant sur les enjeux sanitaires et nutritionnels pour l’Union européenne à 2050. Cet exercice a pour objectifs de nourrir un processus de réflexion autour de l’évolution des outils politiques européens, et de contribuer à l’identification des enjeux à venir dans ces deux domaines. En s’appuyant sur un ensemble varié de moteurs (cf. tableau ci-dessous), quatre scénarios sont proposés :

  •  « global food », projection de la situation actuelle de l’UE à 2050, avec notamment une chaîne alimentaire mondiale plus interconnectée ;
  • « regional food », qui repose sur la recherche de l’auto-suffisance, d’un modèle d’économie
    circulaire, avec abandon des principaux accords commerciaux ;
  • « partnership food », dans lequel l’UE est faible sur le plan économique, perd de l’influence au niveau mondial, en particulier en matières agricole et alimentaire, et entretient des relations privilégiées avec un acteur mondial majeur (ex : États-Unis, Canada) ;
  • « pharma food », associant notamment commerce globalisé, économie européenne forte et une population se tournant vers des aliments fonctionnel

Pour chaque scénario, des options politiques, des besoins de recherche et des indicateurs
sont identifiés au regard des enjeux mis en exergue.

Pour chaque scénario, des options politiques, des besoins de recherche et des indicateurs sont identifiés au regard des enjeux mis en exergue.

Moteurs retenus pour chaque scénario

jrc2.jpg

Source : JRC

En conclusion, les auteurs dégagent des éléments communs aux quatre scénarios. De manière générale, le cadre réglementaire européen apparaît robuste et adapté aux enjeux à venir. Des pistes d’évolution sont également identifiées : amélioration de l’effectivité des politiques nutritionnelles européennes ; harmonisation des approches d’évaluation des risques et inclusion d’autres « facteurs légitimes » (ex : bénéfices pour la santé, conséquences socio-économiques) ; développement d’indicateurs adaptés et harmonisés pour mesurer et surveiller la performance européenne en matière de sécurité sanitaire ; mise en place d’un système d’alerte sur les dangers émergents ; adaptation des services officiels de contrôle aux besoins futurs ; investissement dans l’éducation du public en matière de sécurité sanitaire et de nutrition.

Pour en savoir plus : JRC

Cette analyse a été faite par Julia Gassie du Centre d’Etudes et prospective du ministère de l’Agriculture (CEP) dans la note de veille de janvier 2017. Pour en savoir plus sur le CEP.

Sur le même thème :

2539f8170478e5da72e1ecc3e840b423H