CIV logo loading

Relations entre les consommations des différentes catégories d’aliments et le risque de mortalité : une récente méta-analyse

Date de publication :

Type de document : Actualités

Éditeur : AJCN

Télécharger

Objectif: L’objectif de cette méta-analyse était de synthétiser les connaissances sur les relations observées entre les consommations de 12 catégories d’aliments (céréales complètes et céréales raffinées, légumes, fruits, noix, légumineuses, œufs, produits laitiers, poisson, viande rouge,  viande transformée et boissons sucrées) et le risque de mortalité toutes causes. Les portions optimales de viande rouge et produits dérivés sont fixées respectivement à 100g/j (700 g par semaine) et 50g/j (350 g/semaine) en moyenne.

Méthodologie: Les auteurs ont réalisé une recherche systématique dans PubMed, Embase et Google Scholar des publications d’après études prospectives sur l’association entre ces 12 catégories d’aliments et le risque de mortalité toutes causes. Les risques relatifs (RR) récurrents ont été estimés à l’aide d’un modèle statistique d’effets aléatoires pour une consommation élevée par rapport à une consommation faible. Le potentiel de réduction des risques a été calculé en multipliant le RR par des valeurs de consommation optimales.

Résultats: Le risque de mortalité (toute cause) diminue avec la consommation croissante de céréales complètes (RR: 0,92; IC95%: 0,89- 0,95), légumes (RR: 0,96; IC95%: 0,95- 0,98), fruits (RR: 0,94; IC95%: 0,92- 0,97), noix (RR : 0,76; IC95%: 0,69- 0,84) et poisson (RR: 0,93; IC95%: 0,88-0,98). Une augmentation du risque de mortalité toutes causes est calculée pour chaque portion supplémentaire de 100g/j de viande rouge (RR: 1,10; IC 95%: 1,04- 1,18 p<0.001)* et de 50g/j de viande transformée (charcuterie) (RR: 1,23; IC 95%: 1,12-1,36 p<0.001).

Les auteurs concluent qu’une consommation optimale des groupes d’aliments étudiés, permet de modifier considérablement le risque de décès prématuré par maladie chronique.

* Cela signifie qu’un individu y qui consomment 100 g/j de viande rouge en plus qu’un individu x, aura un risque de mortalité 1,23 fois supérieur au risque de mortalité de l’individu x.

Sur le même thème :