CIV logo loading

Rapport de l’UE: preuves supplémentaires du lien entre utilisation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques (EFSA)

Date de publication :

Type de document : Actualités

Éditeur : EFSA-ECDC-EMA

Télécharger

Article 1/5 du dossier "L’antibiorésistance des bactéries d’origine animale"

Un nouveau rapport émanant de l’EFSA, l’ECDC et l’EMA présente de nouvelles données sur la consommation d’antibiotiques et la résistance aux antibiotiques et rend compte d’un renforcement de la surveillance en Europe.

  • Une situation hétérogène

Le rapport souligne qu’il existe encore d’importantes différences au sein de l’UE en termes d’utilisation d’antibiotiques chez l’animal et chez l’homme. Diminuer les mésusages d’antibiotiques aura des effets sur le niveau de résistance observé.

Si, de manière générale, l’utilisation d’antibiotiques est plus grande chez les animaux producteurs d’aliments que chez l’homme, la situation varie en fonction du pays et de l’antibiotique considérés. Plus précisément, une classe d’antibiotiques appelées polymyxines – comprenant la colistine – est largement utilisée dans le secteur vétérinaire. On les utilise également de plus en plus dans les hôpitaux pour traiter les infections multirésistantes. D’autres antibiotiques sont plus souvent utilisées chez l’homme que chez l’animal, par exemple les céphalosporines et les quinolones de troisième et de quatrième génération, dont on estime qu’elles ont également une importance critique pour la santé humaine.

  • Lien entre utilisation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques

Le rapport indique que la résistance aux quinolones, utilisées dans le traitement de la salmonellose et de la campylobactériose chez l’homme, est liée à l’utilisation d’antibiotiques chez l’animal. L’utilisation de céphalosporines de troisième et de quatrième génération dans le traitement d’infections dues à E. coli et d’autres bactéries chez l’homme est liée à la résistance à ces antibiotiques contre E. coli, mise en évidence chez l’homme.

  • La coopération améliore la diffusion et l’analyse de données

Les conclusions du rapport sont conformes à celles du rapport publié en 2015. Toutefois, l’analyse proposée est plus poussée parce que les données disponibles sont de meilleure qualité. Les experts des trois agences recommandent de poursuivre les recherches afin de mieux comprendre le lien entre utilisation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques.

En savoir plus : EFSA

Sur le même thème :

ebfc947f5d94f0b3292281d38a5c64d8000000